Entretien avec Mohamed Tazi – Sans accompagnement des collaborateurs par une formation continue, tous les projets risquent d’être freinés voire menacés d’échec

Pour les acteurs de la formation, l’activité reprend de plus belle, surtout en présentiel. Les besoins s’expriment à tous les niveaux et à leur tête les team-building. Explications de Mohamed Tazi, directeur de LMS Formation.

Entretien avec Taha Drhorhi – La formation reste l’investissement le plus précieux pour une organisation

Pour Taha Drhorhi, directeur du pôle capital humain & Organisation du groupe EHC, la formation reste stratégique même en période de crise. Comment évaluer les besoins en formation ? Et vers qui se tourner ? Eléments de réponse.

Entretien avec Rédouane ALLAM – Les formations à distance ont connu une croissance importante

Si la crise sanitaire a impacté la formation au sein des entreprises, les besoins des entreprises restent pourtant manifestes. Rédouane Allam, responsable formation & partenariats au sein de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM) nous parle des principaux besoins exprimés par les entreprises.

Entretien avec Mounir Abdelhak – Les actions de formation ont baissé de 42% par rapport à 2019

Depuis la création des groupements interprofessionnels d’aide au conseil (GIAC) en 1998, ces derniers n’ont pas cessé d’inciter les entreprises à intégrer la formation en cours d’emploi en tant que facteur déterminant de leur compétitivité. L’année 2020 a marqué un coup d’arrêt à la formation continue. Ceci dit, Mounir Abdelhak, président du GIAC 1 reste confiant sur la reprise. Les entreprises vont devoir considérablement recourir à la formation pour rester compétitives.

Entretien avec Youssef El HAMMAL – La marque employeur doit être entretenue constamment

Pour Youssef El Hammal, directeur de Stagiaires.ma, on est encore dans les prémices de la marque employeur au Maroc. Les pratiques observées sur la place montrent que la marque employeur se limite à la présence dans les réseaux sociaux et aux salons de recrutement alors que la démarche est beaucoup plus complexe. La marque employeur doit être entretenue constamment. Explications.

Entretien avec Zakia Hajjaji, DRH d’Orange Maroc – Nos salariés sont nos premiers ambassadeurs auprès des jeunes générations

La crise épidémique que nous traversons depuis 2020 a mis à l’épreuve…

Entretien avec Charlotte LEFORT – Pour avoir une marque employeur impactante, il faut l’imaginer avec les salariés, en co-construction

L’écart de compétitivité et d’attractivité entre les entreprises s’est véritablement creusé pendant ces 15 derniers mois. Pourtant, certaines entreprises ont pu faire preuve de réactivité, d’adaptabilité et de résilience, tout en maintenant le lien avec les candidats et collaborateurs. Charlotte Lefort, directrice associée de l’agence WAT, relate l’importance de la marque employeur dans les périodes critiques.

Entretien avec Zakaria FAHIM – Les salaires n’ont pas beaucoup évolué dans l’audit et l’expertise-comptable

A l’instar des autres pays, la pandémie de la COVID-19 a engendré de lourdes conséquences humaines et économiques pour le Maroc. Les autorités gouvernementales sont à pied d’œuvre dans la mise en place de mesures pour rassurer la population et soutenir la relance.

Entretien Bouchaib SERHANI – Les conséquences de la Covid seront visibles et «évaluables» à partir de cette année et seront à étaler sur les trois prochaines années

Pour Bouchaib Serhani, fondateur du cabinet Gesper Services, toutes les entreprises sont en mode «let’s wait and see». Elles ont été dans l’incapacité de verser des augmentations, encore moins des primes. Pour 2022, toute augmentation de salaire obéira à une règle stricte : Qu’a apporté le salarié à l’entreprise, en plus du minimum du poste, pour mériter une augmentation de salaire ?

Entretien avec Zakaria RBII – Les DRH sont obligés de s’adapter à une évolution normale des augmentations des salaires fixes

En ces temps de crise, les DRH sont dans l’obligation de jongler avec les structures salariales pour assurer une cohérence et une transparence. Zakaria Rbii, président de l’Association des gestionnaires et formateurs du personnel (AGEF) assure que l’accent sera mis de plus en plus sur la part variable des salaires pour rétribuer la performance individuelle et collective et booster la motivation des collaborateurs.